Planter pomme de terre

pommes de terreCe tubercule introduit en Europe au 16 ème siècle a tout pour plaire. Il est nutritif, il a un rendement important et sa plantation est peu exigeante. Elle ne demande pas de connaissances techniques mais juste la mise en application de quelques règles simples.

Choix de la variété

Pour parvenir à se décider entre les 33 variétés de pomme de terre, on a le choix entre plusieurs critères.

On peut bien sûr opter pour celles qu’on préfère ou les choisir en fonction de la nature de leur chair. Il existe des pommes de terre à chair ferme (Roseval, Belle de Fontenay, Amandine, Bernadette, etc.) qui conservent leur fermeté lors de la cuisson à l’eau ou à la vapeur et conviennent en salade, robe des champs ou rissolé. On trouve aussi des pommes de terre à chair tendre (Mistral, Monalisa, Rosabelle) à préparer en gratin, au four ou en purée. Et enfin, on trouve les pommes de terre à chair farineuse (Monalisa, Ostara, Désirée, etc.) qui conviennent à des soupes, gratins et purées.

Il est aussi possible de classifier les pommes de terre en fonction de leur précocité (Récolte d’été et récolte d’automne) ou de leur résistance au mildiou.

Plantation

Originaire des Andes, la pomme de terre apprécie les températures douces ainsi que les sols profonds, légers et riches en éléments nutritifs. Donc avant de se lancer, il faut s’assurer que la température ait atteint 10 °C et que les risques de gelées sont écartés. Il vaut mieux avoir enrichi le sol à l’aide d’un engrais au potassium. La pomme de terre peut se développer à la suite d’une plante exigeante en nutriments et peut s’associer avec une diversité de plantes.

Les variétés précoces de pomme de terre (Monalisa, Manon, Ostara) se plantent de fin-mars à début-mai et les variétés tardives (Nicola, Bintje, Désirée) de fin-mars à mi-avril.

Il faut d’abord délimiter les rangs à l’aide d’un cordeau puis creuser en utilisant un buttoir une profondeur de 10 cm. Laisser un espace de 50 à 70 cm entre les rangs pour les variétés de conservation (celles qui ne remplissent pas les critères requis pour être des pommes de terre commerciales) et 40 cm pour les variétés primeurs.

Pour une récolte plus rapide, il est conseillé d’utiliser des pommes de terre germées soit achetées ou bien à faire germer soi-même dès janvier en plaçant les pommes de terre dans une clayette puis en les mettant dans un endroit doux et humide.

Disposer ensuite les pommes de terre délicatement dans les sillons avec les germes vers le haut. Les plants doivent être écartés de 30 à 50 cm.

Après cela, verser du compost décomposé ou du fumier pour accélérer le processus. Inutile d’arroser car tous les nutriments sont dans le tubercule. Puis recouvrir de terre fine en ne tassant pas trop et en veillant à éliminer mottes et pierres.

Dès que les feuilles atteignent de 15 à 20 cm, il sera indispensable d’agglomérer la terre autour des pieds périodiquement (butter) pour éviter que la pomme de terre ne verdisse et faciliter le passage de l’eau. En effet le soleil provoque l’apparition de solanine qui est une toxine dans la pomme de terre

Joindre à la culture de pomme de terre, lin cosmos, absinthe, ou ail permet d’éloigner insectes et parasites.

Pour ce qui est de l’entretien, il sera utile de désherber régulièrement et d’arracher les pommes de terre parasitées par le mildiou pour éviter sa propagation.