Les bonnes associations de plantes pour son potager bio

potager bioLes plantes tout comme les êtres humains développent des affinités. Certaines plantes apprécient la compagnie d’autres plantes et se rendent mutuellement service en se protégeant des nuisibles. Il existe aussi des plantes qui ne se supportent pas et qu’il faut à tout prix éviter d’associer. Un jardinier aguerri est un jardinier qui sait comment tirer profit de ce compagnonnage pour avoir un potager productif et en bonne santé. En règle générale, avant de planter un légume quel qu’il soit, il convient de se renseigner sur ce qu’il aime et n’aime pas comme compagnon de potager.

Quelques exemples d’associations potagères

Le principe est simple certaines plantes ont des propriétés attractives ou répulsives envers les nuisibles. Elles peuvent donc détourner les nuisibles d’autres plantes ou les repousser. Elles peuvent aussi les protéger de certaines maladies ou faciliter leur croissance. Par exemple la morelle noire attire sur elle les doryphores très friands des pommes de terre pour ensuite les empoisonner. Les plantes aromatiques comme la ciboulette protègent les fleurs décoratives de certaines maladies comme l’oïdium et les taches noires. Le maïs, le haricot grimpant et la courge s’entraident pour pousser en synergie. Le céleri et la tomate protègent le chou de certains nuisibles et réciproquement ce dernier protège le céleri de la rouille grâce à ses racines. La laitue protège les navets, les choux-raves et les radis des attaques des altises. Les plantes qui s’apprécient peuvent être plantées en alternance sur un même rang ou dans des parcelles voisines

Par contre certaines légumineuses comme le pois, la fève et les haricots ne s’entendent pas du tout avec les légumes bulbes comme les échalotes, les oignons et l’ail. Les différentes variétés de chou ne s’apprécient pas du tout. Et un dernier exemple des plantes ennemies est les épinards qui font barrage à la croissance des blettes et des betteraves. Les plantes qui ne se supportent pas doivent être tenues au moins à 1.5 m les unes des autres.

Avantages de faire les bonnes associations

Utiliser le compagnonnage permet de se passer des pesticides chimiques. On utilise les propriétés des plantes pour leur permettre de se protéger des nuisibles et même dans certains cas de les éradiquer complètement. Ce même principe de protection s’applique aussi à la protection contre certaines maladies (oïdium, rouille, pourriture grise, etc.)

Certaines plantes permettent de stimuler la croissance d’autres plantes ainsi que d’accroître leur résistance. On évite également en employant cette méthode que certaines plantes freinent la croissance d’autres plantes avec lesquelles elle ne s’entendent pas. Enfin, l’association de cultures permet d’apporter plus de couleurs et de variété à son jardin en introduisant des plantes auxquelles on n’aurait pas forcément pensé.

Somme toute, la mise en application des principes du compagnonnage permet de réunir les conditions idéales pour que les plantes s’épanouissent dans son potager.

Ecrit par :

mm

La rédaction

Collectif impliqué dans la sauvegarde des ressources de notre planètre et particulièrement sur la thématique du "manger mieux".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *