Bienfaits d’une alimentation bio durant la grossesse

bio et grossesseUne étude norvégienne a permis de mettre en évidence les risques liés à l’exposition des femmes enceintes aux pesticides et produits chimiques. Elle serait à l’origine de malformations congénitales chez les fœtus. C’est pourquoi manger bio permet de réduire ces risques.

Alimentation bio et malformations fœtales

L’institut norvégien de santé publique a conduit une étude en 2015 dans le but de connaître les raisons derrière une augmentation constatée de malformations  des organes sexuels chez les nouveau-nés garçons (hypospdia et cryptorchidisme). L’étude a été menée sur 35 000 femmes enceintes dont certaines ont une alimentation considérée bio et d’autres non. Le résultat a permis d’établir une corrélation entre la baisse du risque d’apparition de l’hypospadia et une alimentation bio. L’étude s’est penchée sur tous types de produits bios et a aussi démontré que les légumes et produits laitiers bios sont ceux qui contribuent le plus à la baisse du risque de la malformation.

Effets d’une exposition aux produits chimiques des parents sur les enfants

Ces résultats viennent soutenir des données déjà existantes. En 2013, l’institut national de la santé et de la recherche médicale avait déjà démontré par le biais d’études qu’une exposition directe des femmes enceintes aux pesticides, due à l’environnement ou à leur usage domestique, causait de nombreuses malformations (malformations cardiaques, tube neural, hypospadias).

A la fin des années 1990, Charles Sultan, un éminent professeur d’endocrino-pédiatrie avait démontré que l’exposition des parents aux pesticides en raison de leur travail (agriculteurs, employés agricoles) ou de leur environnement entraînait une augmentation  significative des désordres hormonaux chez les petites filles. Elle cause également une augmentation encore plus importante des risques de malformations génitales (chryptorchidie) chez les nouveau-nés garçons à cause de la contamination du lait maternel.

Charles sultan précise qu’une analyse du sang du cordon ombilical effectuée en 2006 a démontré que celui-ci regorgeait de substances chimiques nocives. Cela a dévoilé l’exposition très précoce des nouveau-nés aux polluants et rappelle la nécessité de les protéger.

Les  perturbateurs endocriniens présents dans l’environnement pénètrent dans l’organisme par ingestion, inhalation ou transfert placentaire et certains se retrouvent dans le lait humain et le liquide amniotique. En plus des désordres hormonaux qu’ils causent (malformations génitales, retards de croissance, puberté précoce), ils se répercutent en graves problèmes de santé à l’âge adulte : apparition du cancer et troubles psychologiques.

Le meilleur moyen de se protéger et de protéger son enfant de tout cela est d’opter pour une alimentation biologique exempte de produits chimiques nocifs.

Ecrit par :

mm

La rédaction

Collectif impliqué dans la sauvegarde des ressources de notre planètre et particulièrement sur la thématique du "manger mieux".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *